Site mapAbout usConsultative CommitteeAsk LibrarianContributionCopyrightCitation GuidelineDonationHome        

CatalogAuthor AuthorityGoogle
Search engineFulltextScripturesLanguage LessonsLinks
 


The bibliographic record is provided by 李玉珉老師.
Extra service
Tools
Export
敦煌画「虎をつれた行脚僧」をめぐる考察―ペリオ将来絹絵二遺例の紹介を中心に―
Author 秋山光和 (著)=Akiyama, Terukazu (au.)
Source 美術研究=Bijutsu Kenkyu : the Journal of Art Studies=ビジュツ ケンキュウ
Volumev.238
Date1966.02.17
Pages1 - 21
Publisher東京文化財研究所=National Research Institute for Cultural Properties, Tokyo
Publisher Url http://www.tobunken.go.jp/index_j.html
Location東京, 日本 [Tokyo, Japan]
Content type期刊論文=Journal Article
Language日文=Japanese
Keyword高僧
AbstractParmi les peintures provenant de la “Biliothèque” (Grotte 17 de Mo-kao K'ou 莫高窟) de Touen-houang, on a souvent remarqué ce motif particulier du pèlerin portant sur le dos une hotte pleine de sûtras et accompagné d'un tigre à sa droite. M. Eiichi Matsumoto en a présenté quatre exemples dans son “Etude sur les Peintures de Touen-houang 燉煌 畫の研究” (1935, pp. 516-526): au Musée Guimet (coll. Pelliot, no. 17683) (fig. 2), au British Museum (coll. Stein, Ch. 00380 et Ch. 0037) (fig. 3 et 4) et au Musée de Séoul (ancien coll. de la Mission Ôtani) (fig. 5). En 1955, nous avons appris par un article de M. Nobuo Kumagai (Bijutsu-shi, 14) qu'un autre exemplaire, provenant également de la Mission Otani, était entré dans la collection de M. Masayoshi Nakayama de Tenri (fig. 6). Ces cinq peintures sont toutes dessinées à l'encre de Chine en traits simples et rapides, et soulignées d'un coloris assez peu raffiné. Elles ont attiré l'attention pour leur intérêt iconographique plutôt que pour leur valeur artistique, et on en a donné deux interprétations différentes: A la suite de M. Kumagai et du catalogue du Musée Guimet, il est tentant de voir dans ce personnage un moine chinois qui aurait voyagé jusqu'en Inde à la recherche des livres sacrés, et particulièrement le fameux Hiuan-tsang 玄奘. D'autant plus qu'on a conservé au Japon deux portraits de ce dernier (Musée National de Tokyo et collection Tatsurô Yamamoto) très comparables, mais à vrai dire sans le tigre. En effet il n'apparaît aucun tigre dans les biographies, historiques et légendaires, de ce grand moine. C'est pourquoi M. Matsumoto, se fondant sur une suggestion d'Aurel Stein, a avancé l'hypothèse que ce pourrait être l'arhất tibétain Dharmatâla qui, dans la série des dixhuit arhât, est toujours représenté avec une hotte sur le dos et un tigre à sa droite (fig. 7).
Cependant il y a encore, dans la réserve du Musée Guimet, deux autres spécimens de cette iconographie qui paraissent beaucoup plus importants du point de vue artistique et qui sont restés jusqu'ici presque inconnus. Grâce à la courtoisie de nos collègues français, nous avons pu les étudier au printemps de 1965 et nous en publions des reproductions. Ce sont deux peintures sur soie, de plus grandes dimensions que les cinq dessins sur papier déja connus. La peinture A, numérotée 1141 dans l'inventaire de l'ancien Département des Arts Asiatiques du Musée du Louvre, mesure 80.5 cm de haut sur 53 cm de large (Pl. 1 et 2). Elle a été collée sur toile et réparée en plusieurs endroits, vraisemblablement lors de son entrée au Louvre en 1910, juste après le retour de la Mission Pelliot. Elle représente, comme les autres spécimens, un moine somptueusement vêtu, se dirigeant vers la gauche, flanqué de son tigre. Il porte sur le dos une grande hotte, tient une canne de la main droite et un chasse-mouche de la gauche. Cependant, alors que dans les cinq images sur papier ce personnage est en l'air, sur des nuages, dans cette peinture sur soie il marche sur un sol parsemé de fleurs. Nous n'y voyons pas non plus la petite figure de Bouddha assis sur des nuages, en haut et à gauche, comme dans les images sur papier. On y remarque par contre, derrière sa tête et flottant après lui, une auréole verte et une traînée vaporeuse violette, qui semblent le diviniser. La technique de la peinture est assez fine avec des couleurs très riches, accentuées par l'application de feuilles d'or découpées. Sur ces couleurs épaisses, les contours, les traits du visage et les lignes des draperies sont retracées de façon assez rigide. Dans le coin du haut à droite, dans un cartouche sur fond rose, nous pouvons lire une inscription disant que “cette image de Pao-cheng jou-lai 寶勝如来 a été peinte pour célébrer la troisième période de sept jours (San-ts'i tchai 三七齊) du frère cadet défunt Tche-k’ieou 知球” (fig. 1). Au revers de ce tableau, quatre fragments de manuscrits qui doublaient primitivement la peinture ont été recollés sur la toile (fig. 8). La plus grande feui
Table of contents一 はじめに 1
二 絹絵A本、B本の紹介 2
1 既知の諸遺品と問題点 2
2 A本の図様と技法 3
3 B本の図様と技法 6
三 同種図様の紙絵 8
1 国立ギメー東洋美術館所蔵 8
2 ブリティッシュ‧ミューゼアム所蔵 9
3 ブリティッシュ‧ミューゼアム所蔵 9
4 韓国国立博物館所蔵 10
5 中山正善氏所蔵 11
四 主題の問題 12
五 製作年代とその性格 15
ISSN00219088 (P)
Categories繪畫
Dynasty中國-待考
Regions甘肅(敦煌)
Hits267
Created date2016.05.12
Modified date2020.06.23



Best viewed with Chrome, Firefox, Safari(Mac) but not supported IE

Notice

You are leaving our website for The full text resources provided by the above database or electronic journals may not be displayed due to the domain restrictions or fee-charging download problems.

Record correction

Please delete and correct directly in the form below, and click "Apply" at the bottom.
(When receiving your information, we will check and correct the mistake as soon as possible.)

Serial No.
558277

Search History (Only show 10 bibliography limited)
Search Criteria Field Codes
Search CriteriaBrowse